Recherche avancée

La Banque Postale renforce son offre de crédit à destination des petites collectivités !

Les documents budgétaires
Publié le 21 juin 2017 - Mis à jour le 18 décembre 2017
Veille juridique

En 2012, Dexia faisait la une des journaux. La « banque des collectivités locales » détenait environ 40 % du marché du crédit bancaire au secteur public. Depuis la faillite très médiatisée de Dexia, la Banque Postale a développé une activité de crédit aux collectivités territoriales, sous l’impulsion de l’État et la création de la Société de financement locale (SFIL) dont elle est actionnaire et partenaire.

Elle est en quatre ans devenue le premier établissement prêteur des collectivités locales et des hôpitaux publics en contribuant à plus de 40 % des nouveaux financements réalisés par des établissements bancaires. Si elle a rapidement remplacé Dexia en part de marché, les méthodes diffèrent (pour rappel : Dexia porte une part importante de responsabilité dans l’endettement aux emprunts toxiques de certaines collectivités).

En effet, la Banque Postale a très rapidement adapté son offre aux attentes des petites collectivités locales (plus de la moitié des contrats de crédit moyen long terme a été conclue avec des communes de moins de 5 000 habitants).

Pour ce faire, elle s’est attachée, en premier lieu, à proposer des produits financiers simples pour regagner la confiance des élus locaux devenus, à raison, craintifs depuis la crise des emprunts toxiques. Ainsi, selon un rapport de la commission des finances du Sénat en date du 14 octobre 2015, les crédits accordés seraient désormais à taux fixe pour 80 % d’entre eux, représentant 50 % du volume. Autrement dit, les prêts à taux variables ne concernent actuellement pratiquement plus que les emprunts d’un très gros volume.

En deuxième lieu, dès 2013 avec l’accord du SFIL, la Banque Postale a abaissé le seuil d’octroi des prêts de 200 000 euros à 50 000 euros. En suivant les souhaits émis par l’Association des Maires ruraux de France, la Banque Postale a décidé le 7 juin dernier d’abaisser les seuils d’octroi de ses crédits à moyen long terme à destination des collectivités locales à 40 000 euros.

Elle en a profité pour restructurer son organisation interne en la déconcentrant au niveau régional. Désormais, les élus et services des collectivités de moins de 5 000 habitants pourront s’adresser à une équipe commerciale qui leur sera dédiée : la Direction des financements locaux de leur région.

Cette stratégie destinée à s’implanter durablement dans les territoires ruraux va très probablement séduire les élus locaux et permettre d’asseoir la position de la Banque Postale sur ce marché pour les prochaines années.

Sources :

  • Rechercher dans cet article
Du même auteur