Recherche avancée

La méconnaissance profonde des Francais sur les fonds européens : un sujet manquant clairement de visibilité

Le cycle budgétaire
23 octobre 2017
Veille juridique

Que la majorité des français méconnaisse les dispositifs mis en place par l’Union européenne (UE) ne semble pas être une légende.

En guise de prélude, rappelons quels sont les différents fonds structurels de l’UE et leur fonction :

  • le fonds européen de développement régional (FEDER) et le fonds social européen (FSE) visent à réduire des écarts de richesse et de développement entre les régions de l'UE ;
  • le fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) afin de soutenir des mutations de l'espace rural ;
  • le fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) dont la mission est de développer la pêche et l'aquaculture tout en préservant la ressource et la biodiversité marine. 

Un sondage, très récent de septembre dernier, de l’Institut français d’opinion publique (Ifop) – enquête réalisée sur un échantillon d’environ 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus – révèle qu’une majorité des Français méconnaissent « profondément » les fonds européens.

En effet, au niveau des chiffres, 76 % des Français ont déjà entendu parler des fonds européens. Toutefois, plus de la moitié (51 %) ne savent pas précisément de quoi il s’agit, ni ce qu’ils recouvrent concrètement. Pire, près d’un quart de la population française (24 %) n’ont, quant à eux, jamais soupçonné leur existence. Ces chiffres parlent d’eux-mêmes quant à la méconnaissance globale des français du sujet qu’est celui des fonds européens.

Alors que ces fonds permettent à l’UE de subventionner un certain nombre d’actions et projets dans divers domaines au sein des pays membres de l’UE – trois politiques spécifiques sont à mettre en avant, à savoir la cohésion économique, sociale et territoriale, le développement rural ainsi que les affaires maritimes et de la pêche – seulement un français sur quatre se dit capable, de manière générale, d’exposer la fonction desdits fonds.

Il est utile de mettre en exergue le fait que d’importantes différences apparaissent selon les catégories socio-professionnelles. En effet, toujours selon les chiffres parlants de ce sondage, 34 % des cadres et 32 % des retraités se disent savoir en quoi consistent les fonds européens contre 16 % des employés et, enfin, 14 % des ouvriers.

En réalité, au moins un Français sur deux considère que l’allocation de financements européens aux pays membres permet de réduire les inégalités entre les régions ainsi que d’améliorer leur compétitivité. En sus, elle permettrait de compléter le financement des administrations et collectivités, de rendre l’Union européenne plus concrète et de faciliter la coopération entre les pays membres.

Selon ce même sondage, 4 Français sur dix ont le souhait que l‘UE s'investisse davantage, et de manière prioritaire, en faveur de l'emploi et la lutte contre le chômage et y consacre une partie non négligeable de son budget. Ce qui, en réalité, est déjà le cas via, justement, le mécanisme des fonds européens. 

Par ailleurs, 61 % des Français n’estiment pas que les financements européens améliorent la compétitivité des entreprises.

Selon l’Ifop, les finalités des fonds européens sont donc peu identifiées par les Français.

Ce constat confirme le manque total et réel de visibilité de l’action de l’UE, malgré pourtant une allocation de 960 milliards d’euros pour la période 2014-2020 à travers les fonds européens.

  • Rechercher dans cet article
Du même auteur
Documents associés
Fonds européen de développement régional (FEDER)